Retour a menu principal
Histoire et Biologie du poliovirus
La synthèse de novo du poliovirus
La réaction du public
Discussion
References
 
Genomics and Biological Weapons

Les avancées rapides dans le domaine de la génomique ont changé radicalement la manière dont nous menons la recherche biologique, mais ont aussi créé des préoccupations quant à l’application possible des nouvelles technologies dans le cadre de programmes d'armes biologiques offensives. En particulier, la capacité à séquencer et synthétiser rapidement l’ADN, combinée à l’accès facile de l’information sur les séquences du génome et des protéines pour chacun des principaux pathogènes humains, fournit une liste virtuelle des pièces détachées pour la fabrication des armes biologiques. Chacun de ces outils à lui seul peut paraître inoffensif, toutefois il devient de plus en plus apparent que les informations concernant les mécanismes de la pathogénicité couplées à l'ingénierie moléculaire et à la technologie transgénique a augmenté le potentiel pour une mauvaise utilisation.

En automne de l’année 2001, Dr Eckard Wimmer de l’Université de l’Etat de New York (SUNY) à Stony Brook, surprit la communauté scientifique lorsqu’il annonça que son laboratoire avait pu assembler un poliovirus synthétique en mettant bout à bout le génome viral basé sur sa séquence, accessible au public sur l’Internet. Ceci déclencha un débat sérieux sur le potentiel de l’utilisation de la base de données et de la technologie de synthèse de l’ADN pour créer des agents biologiques.

  In English In Chinese    
Back Next